CRERA Comité de Réflexion Ethique et de Reconnaissance des Aînés

LA MISSION DU CRERA

Donner la parole aux citoyens pour répondre aux attentes des personnes âgées d'aujourd'hui et préparer le vieillissement de demain.

L'ACTION DU CRERA

"Bien vivre à domicile - Bien vivre en établissement" Veiller à ce que soit respecté la dignité des personnes âgées. Faire reconnaître leurs droits humains fondamentaux.

QUI EST LE CRERA ?

Le CRERA, association ouverte à tous citoyens : seniors, personnes âgées, familles, étudiants.
Le CRERA regroupe des associations de bénévoles et des professionnels.

LES INFOS DU CRERA

Opération "Monalisa" à écouter sur France Info

suivez le lien ci-contre   Retrouver le sourire avec l'opération "Monalisa"

 

FRANCE INFO SENIORS

Un RDV de seniors  Le Dimanche à 5h50, 8h27, 12h25, 22h55, 00h25

Un coup de fil à une personne âgée seule ?

Renseignements, dossier d'information, candidature bénévole :
AU BOUT DU FIL, Association Loi 1901 – Site web : www.auboutdufil.org

CRERA - HISTORIQUE DE L'ASSOCIATION

REUNION DU 17 JUILLET 2009 :

Groupe interdisciplinaire concerné par la bientraitance des personnes âgées.

Des directeurs de maisons de retraite, de services de soins, d’associations de bénévoles, des représentants des familles ont souhaité échanger sur les attentes de chacun en matière d’accompagnement de nos aînés cela suite au constat de la prise en charge de la maltraitance sur le département du VAR.

En effet, beaucoup d’interrogations depuis la mise en place d’une antenne d’écoute des maltraitances. Si une majorité de cas signalés ont besoin d’un suivi et d’une action particulière, un certain nombre que l’on peut nommer "négligences passives" devraient pouvoir être réglées en interne en respectant une procédure claire et vérifiable. "Déjà dit… mais nous ne sommes pas écoutés" dixit famille de personnes âgées.

    Plus de maltraitance à domicile qu’en établissement ? Doute vis-à-vis de cette remarque, néanmoins les maltraitances les plus dures sont à domicile. L’exemple des établissements très négatifs entache les autres établissements :
  • Constat au fur et à mesure des formations : encadrement figé dans ses habitudes "On sait mais on ne peut pas... " dixit le personnel.
  • Formation donnée : "On en fait quoi et pourquoi faire… ?"

Force est de constater que malgré les diverses informations, recommandations, sensibilisations, les évolutions en matière de respect et de reconnaissance des droits des personnes âgées posent question encore trop souvent.
Face à cela, il nous apparaît indispensable de travailler en amont avec les différents publics concernés (personnes âgées, familles, professionnels, bénévoles, institutionnels) et ainsi pouvoir réfléchir sur les modalités possibles à mettre en place pour faire évoluer les mentalités et redonner à chacun la place qui lui est due.

Les personnes présentes à cette première journée-rencontre (ainsi que celles intéressées, mais indisponibles ce jour) ont été sollicitées en raison de leur volonté de faire avancer la réflexion sur la qualité de vie des personnes âgées vulnérables et d’être force de propositions. Les modalités de fonctionnement et d’organisation seront à réfléchir ultérieurement, et feront l’objet d’un règlement interne et propre au groupe.


     Il est demandé aux participants la mise en commun d’une pensée volontaire unanime et porteuse pour la dignité des personnes âgées.
  • La maltraitance existe tous les jours, les soins sont à adapter aux contraintes.
  • RAPPEL : seules les personnes vulnérables peuvent être maltraitée.

 Nous notons l’intérêt qu’il y aurait d’initier la création d’une association des familles de résidents pour entre autre dénoncer, ce que les professionnels ne peuvent pas faire.
"La maltraitance je la vis pour ma famille, pour mon établissement. Oui il y a de la maltraitance par manque de moyens. Je fais en sorte de respecter le choix des résidents, d’écouter la personne âgée même si elle est démente. Le manque de respect peut provoquer le risque professionnel."


     Intérêt majeur de la formation :
  • La maltraitance ne peut pas être uniquement opposée au manque de moyen, à l’argent.
  • Nécessité d’une force supplémentaire pour fédérer les différents acteurs, faire bouger les lignes.
  • " Aujourd’hui, nous sommes dépassés par la dépendance. Attention à l’épuisement, il convient de faire de manière différente avec des moyens différents."
  • "Est-ce que la famille reconnaît son parent âgé comme quelqu’un en capacité ou pouvant être capable… ?
    La personne âgée est une personne en devenir. Improvisation : Etre disponible au-delà du cadre… Importance des liens."
     Intérêt des groupes de parole :
  • Mettre du sens dans le relationnel afin d’être dans la notion de plaisir
  • Accepter ses limites. Éviter le "burn out".
  • Que peut on faire pour faire pression pour le changement ?
  • Comment changer les objectifs de qualité, avoir un objectif efficace ?

 Un débat s’instaure autour de la place de la mort dans notre société. La personne âgée a le droit de mourir, trop de médical tue le social, le lien, le droit d’en avoir assez de vivre….


     REMARQUES LORS DE CETTE JOURNEE
  • Où la personne âgée souhaite-t-elle vieillir ? Chez elle ? En EHPAD ? Nous nous sommes fait une idée de ce qu’elle veut en fonction de nos propres projections.
  • Il y a urgence d’aller vers l’humain, de travailler auprès de la personne âgée, de la reconnaître comme une personne à part entière.
  • Il est soulevé l’obligation de sécurité qui fait obstacle à la liberté d’aller et venir par crainte de la juridisation de la prise en charge…
  • Faudra-t-il revenir à de petites unités de vie pour permettre aux personnes de préserver leur vie sociale ?
  • Comment garantir aux personnes âgées et aux familles le respect des droits et libertés ?
  • Quels personnels nous voulons auprès des personnes âgées ?
  • Lorsqu’il y a des dysfonctionnement quelle marge de manœuvre pour agir ou réagir ?

     Devant toutes ces questions liées à la liberté, la qualité de la personne âgée, majeur capable ou incapable, nous souhaitons réfléchir en allant au-delà du cadre législatif pour répondre à :
  • Quels choix pour la personne âgée ?
  • Quelle prise en charge ?

     La clef réside dans la connaissance de la personne âgée
  • Importance de former les personnels au grand vieillissement mais également les familles.
  • Nos Objectifs :créer une synergie afin de répondre au mieux aux attentes des personnes âgées et de leurs familles en matière de prise en charge, par les aidants familiaux ou professionnels, faire reculer la maltraitance, être responsables.
  • Se positionner en matière de maltraitance : qu’est-ce que nous en savons, la définir.
  • Réunir les familles, peut-être leur proposer des formations.
  • Comprendre le vieillissement de nos parents.
  • Pourquoi et à quoi sert un Conseil de la Vie Sociale
  • Proposer des axes en matière de prévention : comité interne de vigilance, référents internes/externes.
  • Continuité des soins au sein d’établissements.
  • Droit des personnes âgées dont droit aux risques.
  • Définir une grille de qualité, le faire savoir : établissements et services pilotes et lieux de stages.